Affections rénales chez le chat


L'insuffisance rénale aiguë

Elle correspond à une diminution importante ou à un arrêt des fonctions rénales survenant subitement. Les causes peuvent en être de trois ordres : pré-rénales (telles que choc hémorragique, troubles digestifs, brûlures, insuffisance cardiaque), rénales (néphrite aiguë, d'origine infectieuse ou toxique), post-rénales (obstruction des voies urinaires, par un processus inflammatoire ou tumoral, ou par l'accumulation de calculs).

Le patient n'urine plus, est triste, abattu et vomit ; le vétérinaire confirme son diagnostic par des analyses de sang et/ou d'urine. Le traitement nécessite parfois une hospitalisation, car cette affection grave demande un suivi méticuleux du malade et nécessite le plus souvent des perfusions.

L'insuffisance rénale chronique

Elle est probablement la cause numéro un de mortalité non accidentelle des chats âgés. Au sein du rein vieillissant, l'épuration devient de plus en plus inefficace, d'où une accumulation dans le sang de déchets toxiques. Le patient s'amaigrit, son appétit devient capricieux, il souffre de troubles digestifs (vomissements, diarrhée) et d'une odeur urineuse de la cavité buccale, pour finalement présenter des troubles nerveux (coma) aboutissant à la mort. Une correction précoce de l'alimentation (restriction en phosphore) permet d'accroître l'espérance de vie de votre compagnon, les traitements médicaux intervenant principalement en cas de crise aiguë ou d'aggravation subite. Demandez au vétérinaire traitant de votre chat de vous fournir un aliment spécialement conçu pour cette situation, le développement d'une insuffisance rénale chronique pouvant être retardé par un régime approprié.

Parmi les causes d'insuffisance rénale aiguë, nous avons vu que l'obstruction des voies urinaires était fréquemment en cause. Les chats sont menacés par des troubles du bas appareil urinaire, réunis sous le nom de S.U.F. (syndrome urologique félin), dont les conséquences sont particulièrement graves chez les mâles en raison de leur anatomie.

Les aliments secs (croquettes) ont longtemps été tenus pour responsables de cette affection.

Dans les années 70, certains aliments pauvres en énergie, riches en magnésium et générateurs d'une urine à caractère basique ont en effet joué un rôle dans la formation de cristaux et l'accumulation de calculs constitués de phosphates ammoniaco-magnésiens (struvite). Ce sable irritant était la cause de la cystite dans les deux sexes et de l'obstruction urétrale chez le mâle, en raison de son urètre long, étroit et coudé.

Actuellement, les vétérinaires ont une vue plus globale de ce syndrome, désigné par le sigle A.B.A.U. (affection du bas appareil urinaire). Ce terme regroupe des affections caractérisées par divers signes tels que miction fréquente ou douloureuse, ou présence de sang dans l'urine (hématurie). Le seul fait d'uriner hors de la litière peut constituer un signe d'alerte. La seule solution de ce problème est chirurgicale.