Affections respiratoires chez le chat : toux, asthme, etc.

L'appareil respiratoire du chat est la cible d'agents infectieux spécifiques. Rhinites, trachéites, bronchites, broncho-pneumonies sont les conséquences fréquentes de ces infections virales.

Une respiration difficile, dyspnéique, est la conséquence fréquente de ces atteintes, lorsqu'elles sont graves, ainsi que d'autres maladies générales telles que la leucose (entraînant un lymphosarcome médiastinal, tumeur dans la cavité thoracique empêchant le jeu normal des poumons ) ou la P.I.F. ( responsable d'un épanchement pleural).

Un chat qui tousse peut être atteint d'une de ces infections ou d'asthme félin. La toux est un symptôme des affections des voies respiratoires riches en zones tussigènes : larynx, trachée et bronches. Elle accompagne aussi les maladies des autres organes de la cavité thoracique ainsi que la plupart des insuffisances cardiaques gauches avec oedème pulmonaire.

La toux aiguë est due à un problème concernant l'appareil respiratoire supérieur (amygdalites, laryngites et trachéites, généralement d'origine infectieuse, ou fausses déglutitions) ou, dans une moindre mesure, l'appareil respiratoire profond (infections, oedème pulmonaire aigu, inhalation de substances irritantes, asthme).

La toux n'est pas toujours consécutive à une altération primitive de l'arbre respiratoire : ainsi, une toux aiguë peut faire suite à des troubles cardio-vasculaires .

Les affections chroniques de l'appareil respiratoire supérieur sont, en majorité, dues au passage à la chronicité des affections aiguës décrites plus haut. Sont à ajouter à cette liste divers troubles affectant la trachée : corps étranger, collapsus trachéal, compression de voisinage, lors par exemple de tumeur située dans le médiastin (entre les deux poumons).

L'état de l'appareil cardio-vasculaire est également à prendre en considération : une insuffisance cardiaque gauche, responsable d'oedème pulmonaire, avec augmentation de volume du coeur, comprimant les organes avoisinants, est à l'origine de toux chronique.

L'asthme du chat

Le terme d'asthme du chat est utilisé pour décrire des épisodes récidivants de toux paroxystique, respiration sifflante et dyspnée. Ce syndrome offre de nombreuses ressemblances cliniques avec l'asthme humain. L'origine de l'asthme félin inclut probablement une réaction d'hypersensibilité à des pneumo-allergènes inhalés, ce qui provoque une contraction des muscles lisses des voies respiratoires et une inflammation des voies aériennes. Parfois la toux est si violente qu'elle est émétisante, c'est-à-dire que la quinte se termine par un vomissement ou un rejet de liquides digestifs.

Certains épisodes particulièrement graves nécessitent un traitement d'urgence. Le chat en crise est plaqué au sol, coudes écartés, encolure étendue, bouche ouverte ; la langue est sortie et prend parfois une coloration bleuâtre sous l'effet de la cyanose (oxygénation insuffisante).

L'affection est due à une hyperréactivité des voies respiratoires, qui répondent par une contraction des muscles lisses (bronchospasme) et une inflammation au contact des aéroallergènes. Les antibiotiques sont de peu d'utilité sur ce type d'affection respiratoire non reliée à des agents infectieux, sauf en cas de surinfection secondaire. Les anti-inflammatoires stéroïdiens permettent généralement de contrôler les crises et d'améliorer l'état du malade