CHATS : Maladies du tube digestif

La santé du tube digestif dépend en premier lieu de celle des dents. Celles-ci, à un âge variable, se recouvrent fréquemment de tartre : ces concrétions dures, très adhérentes, sont dues au dépôt de sels minéraux contenus dans la salive sur la plaque dentaire, enduit constitué à partir des bactéries de la bouche. Le tartre repousse la gencive, provoquant une inflammation, une infection, et, finalement, le déchaussement de la dent. Un détartrage est à prévoir, et il n'est pas rare que plusieurs dents doivent être enlevées, ce qui ne pose aucun problème par la suite.

De nombreux chats adultes ou âgés souffrent de résorption dentaire ou ostéoclastique : au niveau du collet, les dents présentent d'abord des zones en dépression ; la résorption s'aggravant, les dents se fragilisent et finissent par se casser. Les racines sont éliminées ou restent incluses dans la gencive, constituant un foyer de gingivite chronique. Un chat très atteint bave de façon quasi permanente et refuse de s'alimenter. Au moment de la distribution de nourriture, il arrive comme un affamé, se poste devant sa gamelle, et soit ne prend aucun morceau, soit en saisit un mais fait mine de se débarrasser d'un corps étranger à l'aide de ses pattes. Les lésions débutantes peuvent faire l'objet de soins dentaires, mais dès lors qu'elles atteignent la pulpe dentaire, l'extraction est en général le seul remède.

Principaux organes touchés :

L'oesophage

Il propulse les aliments jusqu'à l'estomac, où il s'abouche par le cardia. Il peut arriver que le cardia fonctionne mal ; alors les aliments s'accumulent dans l'oesophage jusqu'à être régurgités. Ce phénomène de débordement peut aussi se produire en raison de la compression de l'oesophage par une tumeur dans la cage thoracique ou de la persistance d'un arc vasculaire d'origine embryonnaire. A la longue, l'entassement des aliments provoque une dilatation de l'organe : on parle de mégaoesophage. En général, les chatons déglutissent sans problème le lait maternel, mais les troubles apparaissent lors du passage à une alimentation solide. Les cas les moins graves sont améliorés par des mesures diététiques et hygiéniques, mais le plus souvent le pronostic est sombre.

L'estomac

C'est le siège d'affections isolées aiguës ou chroniques, les gastrites, mais il participe aussi à bon nombre de phénomènes pathologiques plus généraux.

Une gastrite aiguë fait suite à l'ingestion de substances avariées, médicamenteuses, toxiques ou non alimentaires ; elle participe aussi au tableau clinique de nombreuses affections générales (allergie, affections du foie, des reins, du coeur, maladies infectieuses ou parasitaires).

Si les cas bénins ne résistent pas à un jeûne de 24 heures (pas davantage) et à une reprise progressive de l'alimentation, les plus graves nécessitent l'intervention du vétérinaire pour contrôler les vomissements et administrer un traitement dépendant de la cause de la gastrite.

Une gastrite chronique, accompagnée de vomissements occasionnels, d'amaigrissement et d'intolérance alimentaire, se rencontre également de façon isolée ou au sein d'un syndrome plus général.

Le contrôle à long terme passe non seulement par l'administration de médicaments, mais aussi par des mesures diététiques (aliments concentrés hypoallergéniques, distribués en plusieurs petits repas). Un diagnostic précis nécessite des examens complémentaires (radiographie, transit baryté, voire fibroscopie ou laparotomie exploratrice). Les ulcères gastriques sont peu courants et difficiles à mettre en évidence.

La torsion d'estomac, si redoutée dans l'espèce canine, est rarissime chez le chat.

L'intestin

L'intestin est susceptible d'héberger de nombreux parasites, les plus fréquents étant des vers tels que ascaris ou dipylidium. Ces indésirables sont à l'origine de diarrhées, de troubles digestifs et d'amaigrissement, et, s'ils sont très nombreux, ils peuvent même boucher complètement la lumière de l'intestin et provoquer une occlusion intestinale.

Les principales causes de diarrhée et de constipation

Une diarrhée aiguë peut être consécutive à une erreur alimentaire. En cas de changement brutal d'alimentation, l'équilibre microbien du tube digestif est rompu. Certaines bactéries se développent aux dépens d'autres, avec production de déchets toxiques irritants pour la muqueuse intestinale.

Plusieurs virus sont responsables de diarrhées aiguës, tels que le virus de la panleucopénie ou les coronavirus, incluant le virus de la P.I.F. Les jeunes chatons sont souvent sujets à une complication dramatique lors de diarrhée aiguë : l'intestin se retourne en doigt de gant et s'aspire lui-même, réalisant une invagination. Une intervention chirurgicale d'urgence s'impose. Tout aussi graves sont les suites d'une occlusion ou d'une obstruction intestinale, rarement due à un corps étranger car le chat goûte ses aliments et n'avale guère de petits objets, mais plus fréquemment consécutive à une tumeur digestive ou extradigestive (lymphosarcome).

Les entérites chroniques s'observent à la suite d'une affection aiguë ou s'installent d'emblée. Elles s'accompagnent généralement de malabsorption, c'est-à-dire que l'organisme malade assimile mal ou pas du tout les nutriments arrivant dans l'intestin. On les rencontre aussi dans les tableaux cliniques complexes d'affections générales telles que le diabète ou l'insuffisance rénale chronique.

Certaines entérites chroniques, selon leur origine, peuvent être soignées ou améliorées grâce à un traitement médical. Dans tous les cas, il est primordial de proposer au malade un régime approprié, comprenant des protéines facilement digestibles et de bonne qualité, pauvres en graisses saturées et en lactose. Le recours aux aliments diététiques est presque indispensable.

La mise en évidence de l'origine de plusieurs de ces entérites chroniques est difficile et nécessite des examens complémentaires invasifs tels qu'une biopsie de la muqueuse intestinale.

Des affections tumorales, quand elles atteignent l'intestin grêle, provoquent des diarrhées chroniques avant même d'autres signes associés (amaigrissement, palpation anormale, compression d'organes voisins...).

L'insuffisance pancréatique exocrine

Elle est assez rare dans l'espèce féline. Au cours de cette affection, le défaut de sécrétion de suc pancréatique empêche ou réduit la digestion des graisses, des glucides et, dans une moindre mesure, des protéines. Le chat maigrit. Il est constamment affamé, et émet de grandes quantités de selles molles de couleur mastic. Seule une thérapeutique substitutive (apport d'extraits pancréatiques ou d'enzymes), associée à un régime alimentaire spécifique, peut permettre au malade de mener une vie quasi normale.

Les colites sont des inflammations des dernières portions du tube digestif. Aiguës ou chroniques, elles induisent l'émission de selles volumineuses, molles, glaireuses, parfois teintées de sang. Les causes de colite sont extrêmement nombreuses : infectieuse, parasitaire, psychique... ou même inconnue. Les boules de poils sont parfois à incriminer. Le traitement dépend de l'origine de la maladie.

Enfin, dernières portions du tube digestif, rectum et anus peuvent être l'objet de nombreuses affections. Dès la naissance, on déplore parfois des malformations (anus imperforé).

Les sujets âgés, obèses et sédentaires, ont fréquemment tendance à la constipation. Faute d'un traitement et d'une correction du régime, cet état de fait peut déboucher sur une réelle coprostase (accumulation de déjections dans le rectum) avec occlusion intestinale. Un traitement médical (laxatifs et lavements) permet généralement de lever l'obstacle, mais la chirurgie s'impose dans les cas les plus rebelles.

Causes de diarrhée aiguë chez le chat 

  • Alimentation : changements, allergie, intolérance, surcharge.
  • Toxiques : paracétamol en particulier.
  • Virus : panleucopénie, P.I.F., coronavirus entéritique, Fe.L.V., F.I.V., rotavirus, astrovirus.
  • Bactéries : salmonelles, Campylobacter, Yersinia, colibacille, bacille tuberculeux...
  • Parasites : Ascaris, ankylostomes, trichures, coccidies, levures...
  • Causes diverses : obstruction partielle, corps étrangers (ficelles, fils, aiguilles).

Quelques causes de diarrhée chronique chez le chat 

  • Diarrhée par appel d'eau dans l'intestin : surcharge intestinale, maldigestion, malabsorption ; insuffisance pancréatique ou biliaire ; déficience en lactase ; inflammation ou tumeur de l'épithélium intestinal ou de la paroi de l'intestin.
  • Diarrhée par excès de sécrétion des glandes de l'intestin : toxines bactériennes ; affections virales, bactériennes, parasitaires ou toxiques (idem diarrhées aiguës).
  • Diarrhée par trouble de la motricité intestinale : crises péristaltiques, manque de fibres, obstruction partielle.

Principales causes de constipation chez le chat

  • Augmentation de la consistance des selles : ingestion de poils, de litière, déshydratation.
  • Obstacle au transit : obstacle extérieur à l'intestin (fracture du bassin, tumeur, amas séchés aux marges de l'anus), obstacle sur ou dans l'intestin (tumeur, sténose, corps étranger).
  • Troubles neuro-musculaires : dysfonctionnements du système nerveux central, de l'innervation du côlon (mégacôlon) ; idiopathique, dysautonomie féline.
  • Refus de déféquer : litière sale, changement d'habitat, hospitalisation, douleur pour se mettre en position ; lésions ano-rectales (glandes anales, corps étranger, tumeur, abcès).
  • Certains médicaments.