S'il est vrai que le vieillissement est irréversible et ses théories nombreuses, certaines de ses répercussions au niveau cellulaire, organique, comportemental et sensoriel sont maintenant mieux cernées. La meilleure connaissance de ces dernières doit permettre au propriétaire du chien d'améliorer son cadre hygiénique global, dans lequel une alimentation adaptée est essentielle et va réduire les conséquences des facteurs aggravant les processus normaux du vieillissement. Évoquer un chien âgé revient en fait à considérer une période qui débute à un âge différent selon son format: 8 ans pour un petit chien, 7 ans pour un chien de format moyen, 6 ans pour un chien de grande taille. Les modifications qui apparaissent alors vont augmenter graduellement la sensibilité du chien à la maladie et au stress. Ainsi considère-t-on qu'à partir de ces âges le risque mortel double tous les ans ou tous les deux ans. Avec l'âge, la chute du potentiel physiologique s'objective et rend l'animal plus vulnérable à tout type de stress, alors que dans le même temps sa protection immunitaire vis-à-vis des maladies infectieuses diminue.

Concernant la composition globale de l'organisme, on note chez le vieux chien :

- une augmentation des dépôts adipeux, l'animal étant plus gras et mobilisant moins bien ses lipides

- une diminution de l'hydratation de l'organisme, sorte de déshydratation chronique oui nuit à son bon fonctionnement.

Les fonctions non digestives sont altérées :

- réduction de la protection immunitaire,

- diminution de la résistance au froid, des capacités de lutte contre la chaleur,

- atteinte progressive de la fonction rénale,

- déminéralisation lente du squelette,

- destruction des membranes des cellules sous l'effet de ce que l'on appelle le "stress oxydatif membranaire",

- augmentation des cas d'insuffisances hépatiques ou cardiaques,

- accroissement évident de la fréquence des tumeurs, cancéreuses ou non,

- le poil devient blanc et la peau souple.

Les fonctions digestives sont également atteintes :

- Passé l'âge évoqué précédemment, la dentition peut tout d'abord poser problème à l'animal, avec la formation de tartre contre lequel il faut lutter. Celui-ci est à l'origine d'inflammations et d'infections des gencives qui peuvent conduire les dents à se déchausser.- La salive est produite en moindre quantité dès lors que le chien grossit et que le tissu adipeux envahit ses glandes salivaires.- Le transit digestif (progression des aliments dans le tube digestif) est ralenti, en rapport avec une moindre tonicité musculaire intestinale, ce qui expose le chien à des phases de constipation auxquelles font souvent suite des épisodes de diarrhées.- L'intestin devient de moins en moins capable de s'adapter à une modification de l'aliment (lequel doit donc impérativement rester constant), tandis que certains phénomènes d'absorption sont moins efficaces, conditionnant le nécessaire recours à un aliment hyperdigestible.

Les sens et le comportement du chien enfin sont modifiés :- baisse de l'acuité visuelle et perte de la vue sont fréquentes,- la dégradation de l'odorat peut se produire,- l'animal devient apathique car moins fort et moins résistant, ce qui doit amener à lui fournir une quantité d'énergie réduite dans son aliment.