Toilettage Chien : quels sont les bienfaits du bain ?

Bien des on-dit circulent au sujet des chiens et de leurs bains : un chien, « ça » ne se la ve pas, « ça » a horreur de l’eau, « ça » se nettoie tout seul, « ça » ne supporte pas les lavages fréquents...

Et pourtant, vous pouvez avoir l’envie ou le besoin de laver votre compagnon canin, et ce pour trois raisons principales : par mesure d’hygiène, pour une question de « look » ou pour des raisons pathologiques.

On peut envisager de laver son chien tout d’abord pour un simple motif d’hygiène et de confort. De nombreux chiens vivent en contact très étroit avec leur maître : ils partagent avec eux le canapé ou le lit. Quoi de plus désagréable que de dormir avec un animal qui « sent le chien » ? Cette odeur peut venir d’un excès de production des glandes sébacées ou être parfaitement physiologique. A noter que certains chiens et certaines races ont une odeur plus forte que d’autres. Ajoutons à cela que nos amis quadrupèdes, spécialement les citadins, récupèrent sur leur pelage pas mal de souillures. Pour bien vivre avec votre chien, lavez-le aussi souvent qu’il est nécessaire, si possible toutefois pas plus de deux fois par mois, à l’aide d’un produit adapté que vous fournira le vétérinaire de votre compagnon. Du fait d’une différence d’acidité de la peau, les shampoings pour humains, même bébés, ne conviennent pas à la gent canine.

Les raisons cosmétiques constituent une autre raison de laver son chien. Si vous êtes adepte des expositions, et particulièrement si votre chien porte une fourrure longue et épaisse, vous prenez soin avant chaque présentation, voire plus souvent, de le laver avec un produit destiné à lui assurer le plus beau poil du monde.

À CHACUN SON TRUC

Les produits vétérinaires sont également tout à fait convenables, certains contenant même un conditionneur pour le poil, à moins que vous ne préfériez choisir dans la gamme très étendue que vous proposent les toiletteurs et vendeurs d’accessoires : shampooing pour poil blanc, noir, abricot, mou, dur, crème de rinçage et après-shampooing ... Après quelques tâtonnements, vous aurez, comme vos collègues exposants, vos propres tmcs quant à la nature et à la fréquence des bains. 

Enfin, le bain peut être conseillé en tant que traitement. Si votre chien souffre d’une affection dermatologique (hyperséborrhée, dermatite, parasitose, etc.), le vétérinaire vous a peut-être prescrit des bains médicamenteux.

Les principes actifs de ces produits, véritables agents thérapeutiques, varient selon l’affection à traiter. Par exemple : salicylate de sodium pour réguler la kératinisation, soufre pour lutter contre la séborrhée, chlorhexidine pour débarrasser la peau de ses bactéries, peroxyde de ben-zoyle pour assurer une antisepsie, antiparasitaires pour tuer puces, tiques et poux... Ces produits doivent être administrés selon les conseils du vétérinaire et parfois sous son contrôle strict. Dans tous les cas, le grand danger du bain est le refroidissement qui lui est consécutif. Le poil mouillé ne joue plus son rôle d’isolant, exposant ainsi son possesseur à un sévère coup de froid. Prenez la précaution de bien sécher votre chien et de le garder au chaud un long moment, même si le poil a cessé de paraître humide, car il conserve très longtemps une certaine moiteur favorisant les refroidissements.

Shampooings, après-shampooings, conditionneurs...

La gamme des produits disponibles courre tous les besoins. Si vous êtes à court de shampooing pour chien-, n’utilisez jamais le vôtre ou celui de vos enfants : il n’est pas adapté à la peau de votre compagnon.