Chien : le toiletter, c'est l'éduquer

Tous les chiens ont besoin de toilette, sinon de toilettage, hygiène oblige. Accueillis sur les canapés sinon dans les lits de leur maître, ils ne s'agit pas qu'ils aient le derrière sale ni même l'haleine chargée. En plus, et ça n'est pas le moins intéressant, c'est l'occasion de l'éduquer.

Bien des chiens n'ont pas l'habitude d'être manipulés par leurs maîtres. Et il n'y a pas que les propriétaires de gros chiens à être concernés.

Nombreux sont les petits chiens qui ne se laissent pas faire quand on veut leur regarder un peu attentivement les oreilles ou les dents.

Ce n'est pas leur manquer de respect que de les accoutumer à être manipulés en douceur sans qu'ils se débattent ou se rebiffent. Mais on comprend qu'ils le fassent si les habitudes n'ont pas été prises dès le jeune âge.

Le chiot apprend la soumission en étant transporté, retourné, examiné par sa mère. Au contact d'adultes, il sait qu'il doit se coucher voire se mettre sur le dos en présentant sa gorge et son ventre pour bien marquer sa totale soumission envers eux. En fin de compte, quand le maître veut toiletter son chien, il le force à prendre une attitude très semblable. Qu'il n'a que trop eu tendance à oublier : étant devenu le centre d'intérêt de la famille, il a pris l'habitude de faire un peu ce qu'il veut, même s'il ne joue pas tout à fait au chef. Voilà que tout à coup, il devrait redevenir un chiot soumis ! Il se rebiffe d'autant plus que ce qu'on lui fait n'a rien de vraiment agréable même si l'apprenti toiletteur n'est pas maladroit.

On l'a compris, il faut que le maître prenne tout de suite l'habitude d'examiner, toucher, retourner son animal tout au long de sa vie. Cela fait partie de l'éducation de l'honnête chien. Tout autant que savoir marcher en laisse ou de revenir au pied.

On ne doit pas attendre que son poil ait besoin de soins pour lui apprendre à rester docile lors des séances de brossage. Ne pensez pas qu'il est ridicule de brosser un chiot chaque semaine alors qu'il n'en a encore pas besoin. Au contraire, comme le poil n'est pas encore emmêlé, il n'y a pas à tirer dessus ni à y passer beaucoup de temps.

Il peut essayer de sauter, aussi il vaut mieux lui laisser le collier, au moins au début. Les premières leçons vont consister à obtenir qu'il reste sage sur la table, sans s'effrayer ni tenter de s'échapper. Il réussit : récompense, de la voix, de la main, voire une friandise si c'est un petit diable. Vous le mettez sur une table et vous le caressez : quoi de plus agréable ?

Deuxième étape : l'examiner. Commencez par le caresser, et touchez-lui les oreilles, le museau. Tout en le tenant d'une main, tournez autour de la table. La séance ne dure qu'une minute — c'est long une minute, un chien ne reste pas volontiers immobile.

Ensuite, vous devez obtenir qu'il se couche sur le côté. Uniquement pour lui caresser le ventre bien entendu. Il ne faut pas affoler le chien, ni être brutal. Il est souvent plus facile de le transporter couché directement sur la table et de le féliciter. Pensez à le porter bien contre vous, il ne sent pas en sécurité suspendu dans le vide, alors qu'il lui est très agréable de se trouver contre votre poitrine, même retourné.

L'étape suivante consiste à le mettre en contact avec les outils, brosses peignes, ciseaux. N'oubliez pas un gant de crin ou à picots pour le masser, il adore.

Ainsi habitué très progressivement, vous aurez bientôt un chien docile et patient... et plus caressant. Votre vétérinaire vous bénira et vous pourrez même le présenter à l'examen de confirmation sans appréhension aucune. Voire l'emmener en exposition s'il correspond bien aux caractéristiques de sa race. Les éleveurs et présentateurs ne s'y prennent pas autrement pour apprendre au chien à se présenter en concours : dès qu'il atteint deux ou trois mois, le voilà sur la table et on lui apprend à se placer bien d'aplomb ou en extension, selon les usages dans sa race, sans bouger.

On prétend souvent que le poil du chien est autonettoyant. Il est vrai qu'il est gainé de sébum qui le protège relativement aussi bien de l'humidité que de la saleté. On dit également que des bains fréquents suppriment cette protection naturelle. Mais elle se reconstitue rapidement, en quelques jours à peine si le chien en bonne santé. Il est exact encore que c'est le sébum qui recèle l'odeur du chien — décelable parfois même quand il n'est pas mouillé, et ce n'est franchement pas agréable, bien que totalement naturel.

Bref, il est compréhensible que les spécialistes, qui vivent au milieu de leurs chiens et leur ont souvent tout sacrifié, ne trouvent aucun inconvénient à ne jamais les mettre à l'eau. Cela ne doit pas empêcher le particulier de baigner son chien — en fait de le doucher —, aussi souvent qu'il est nécessaire du point de vue strictement hygiénique ! Sa fourrure aura alors pendant quelques jours un aspect soufflé voire per-manenté, complètement hors standard. Et alors ? Il faut évidemment éviter ces bains (chez les terriers, chiens nordiques par exemple) si l'on veut participer à une exposition. Mais la majorité des chiens ne passe pas tous ses weekends dans les concours canins.

N'hésitez donc pas à baigner votre chien aussi souvent qu'il en a besoin.

Mais démêlez-le surtout très consciencieusement avant — souvenez-vous du sketch fameux de Coluche, à propos des noeuds aux serviettes tachées, certes propres mais impossibles à dénouer. Les noeuds dans le pelage du chien, ça se resserre aussi au lavage.

Les soins de toilette ne sont pas réservés à quelques chiens de luxe. Ni une conséquence d'un anthropomorphisme débridé. C'est une question de simple hygiène. Et quand on sait qu'ils permettent d'éduquer le chien sans y penser, on ne peut que les adopter..

DU CONFORT AVANT TOUTE CHOSE

Pour que vous et votre chien ne preniez pas les séances de toilette en horreur, pensez aux détails pratiques. Le plus important, c'est une table. Une petite table, elle doit tout juste être assez grande pour qu'il se tienne debout et qu'on puisse l'allonger. Un dessus en bois brut est solide et non dérapant. Attention aux revêtements glissants, mettez un tapis de caoutchouc. Ne lésinez pas non plus sur la qualité des outils (ayez de bons ciseaux qui coupent) ni sur leur adaptation au toilettage du chien (peigne métallique à dents bien écartées par exemple). Vous passerez moins de temps et diminuez les risques de faire mal au chien.

SOUS LA DOUCHE

Un chien peut aimer l'eau et détester les douches. Prenez toutes les précautions pour qu'il ne prenne pas en horreur ces séances : un tapis antidérapant au fond de la baignoire, de l'eau juste tiède, pas de shampooing dans les yeux. A propos de shampooing, ceux pour les gens sont réputés ne pas convenir aux chiens. Question de pH paraît-il. Le pH qui convient aux cheveux humains est-il différent de celui adapté au poil de chien? Là encore ce doit simplement être une question de qualité. Prévenez les irritations en prenant un bon produit. Habituez-le progressivement à tous ces éléments, sans oublier de le féliciter chaleureusement quand il se tient bien.