Affections de l'appareil locomoteur chez le chien (de race)

Seules seront traitées celles qui ne sont pas la conséquence d'un traumatisme.

L'ARTHROSE

Affection des articulations caractérisée par la destruction progressive du cartilage articulaire associée à la formation d'ostéophytes (petit os) et des remaniements de l'os sous-chondral et de la membrane synoviale. Elle est l'évolution systématique d'une articulation qui souffre.

Principaux symptômes

Douleur à froid exacerbée par l'humidité et le froid. Elle s'améliore lors d'un exercice modéré mais s'aggrave si l'exercice demandé est trop violent. Ces symptômes représentent le stade 1. Le stade 2 est caractérisé par des épisodes aigus : cris, suppression d'appuis. Il évolue vers le blocage total de l'articulation accompagné d'une diminution de la douleur (stade 3).

Que faire ?

En début d'évolution, il faut continuer à faire faire de l'exercice au chien pour éviter l'ankylose. Selon le stade, le vétérinaire mettra en place un traitement antalgique, anti-inflammatoire, médical (glycosamino-glycanes) ou proposera même une chirurgie.

LES ARTHRITES

Ce sont les inflammations de l'articulation. Elles peuvent avoir différentes origines : septiques, avec la présence d'un germe infectieux dans l'articulation (l'inoculation du germe dans l'articulation peut par exemple être effectuée lors de morsure), ou stériles car immunologiques (polyarthrites, les plus fréquentes) ou non.

Principaux symptômes

L'arthrite septique est caractérisée par une inflammation (rougeur, chaleur, tuméfaction, douleur) avec gonflement net et éventuellement suppression d'appuis. Elle peut concerner une ou plusieurs articulations qui sont le plus souvent les grosses articulations porteuses ou les articulations intervertébrales. Les polyarthrites présentent les mêmes symptômes, certaines étant cependant plus spécifiques d'une race.

Que faire ?

Le vétérinaire, après avoir mis en oeuvre des examens complémentaires, pourra diagnostiquer une arthrite septique ou aseptique, et donc mettre en place un traitement adapté.

L'OSTEOCHONDROSE

C'est un trouble nutritionnel localisé des cartilages articulaires ou de croissance. La cause déclenchante en est l'excès de poids, lorsque l'animal reçoit des quantités d'aliment trop libérales durant sa croissance (le risque est très diminué par l'utilisation d'aliments complets secs). Des fragments de cartilage peuvent se détacher de certaines zones et se localiser dans l'articulation. Elle s'observe chez certaines races à croissance rapide et apparaît vers l'âge de 5-7 mois. Les articulations les plus touchées sont l'épaule, le coude, le genou et l'articulation tibio-tarsienne.

Principaux symptômes

On peut remarquer une boiterie, souvent localisée à l'une des articulations précitées. Des manipulations forcées provoquent une douleur.

Que faire ?

La plupart des ostéochondroses disparaissent grâce à un exercice important (les fragments de cartilage sont résorbés), il y a alors disparition des symptômes. Il convient souvent de revoir la ration afin de diminuer l'excès de poids. Il est pourtant possible que la douleur persiste : il faudra alors prévoir une chirurgie pour enlever les fragments cartilagineux.

LA DYSPLASIE DE LA HANCHE

Affection congénitale, à composante héréditaire contestée, caractérisée par un développement anormal de l'articulation coxo-fémorale, qui a pour conséquence une mauvaise imbrication du fémur dans la cavité articulaire de la hanche. Elle est fréquente chez les chiens de grande taille et à développement rapide (Terre-Neuve, Labrador, Montagne des Pyrénées, Berger allemand...).

Principaux symptômes

La première phase, dominée par la douleur, s'observe sur les chiens en fin de croissance. Elle peut être suspectée dans les cas suivants : démarche anormale "roulante" des postérieurs, position en "X" des postérieurs vus de l'arrière, refus de trotter ; galop en lièvre : le chien ne développe pas le mouvement de flexion-extension des postérieurs, lui donnant cette démarche caractéristique ; refus du saut ; boiterie constante ; douleur à la manipulation forcée en flexion-extension. La seconde phase survient vers l'âge de 3 ans : les mêmes symptômes existent, exacerbés par l'arthrose.

Que faire ?

Un examen radiologique peut confirmer la dysplasie de la hanche. Cet examen se fait en fin de croissance du chiot (vers 12-18 mois selon les races) ; d'autres examens, plus précoces, sont à l'étude pour le moment. Dans le monde entier, un programme d'éradication est mis en place pour faire disparaître cette anomalie.