Les principales affections cardiaques du chien

En dehors des malformations congénitales, les affections cardiaques affectent plutôt les animaux âgés.

Leur aggravation peut être une cause de mortalité importante.

Seules les affections majoritaires seront ici développées.

LA MYOCARDIOPATHIE DILATEE

Les myocardiopathies concernent les affections du myocarde (muscle cardiaque) et sont souvent d'origine inconnue. La myocardiopathie dilatée est caractérisée par une dilatation des ventricules, doublée d'une diminution des capacités contractiles du coeur, qui entraînent un défaut d'éjection du sang. Elle est surtout rencontrée chez les chiens adultes de grande taille, particulièrement dans les races Doberman, Boxer et Cocker.

Principaux symptômes

D'installation rapide sur des chiens relativement jeunes (5 ans environ), elle peut être suspectée lorsqu'il y a apparition d'une toux surtout nocturne de plus en forte, des difficultés respiratoires (augmentation de la fréquence respiratoire, discordance : non synchronisme des mouvements respiratoires thoraciques et abdominaux...), une cyanose (la langue devient bleue) et un amaigrissement.

Que faire ?

Tous ces signes sont graves et il faut impérativement consulter un vétérinaire. En attendant, il faut absolument laisser le chien au calme et privilégier les sorties en laisse sans le faire courir.

L'INSUFFISANCE MITRALE

Elle fait partie des insuffisances cardiaques concernant le coeur gauche. L'insuffisance cardiaque se définit comme une diminution de la fonction de pompe du coeur provoquant l'apparition d'effets secondaires graves. Lors de l'insuffisance mitrale, c'est la valvule mitrale entre l'oreillette et le ventricule gauche qui est lésée.

Principaux symptômes

Le reflux de sang dans l'oreillette gauche provoque la création d'un oedème pulmonaire. Selon son importance, celui-ci est caractérisé par une toux principalement nocturne légère puis de plus en plus forte, des difficultés respiratoires visibles seulement à l'effort puis spontanées, des crises importantes d'étouffement signifiant un oedème pulmonaire aigu, une cyanose à l'effort, et, dans le pire des cas, une syncope.

Que faire ?

Selon la gravité, les exercices du chien devront être écourtés voire se résumer à des sorties hygiéniques. Si cette affection est diagnostiquée dès le départ le traitement mis en place par le vétérinaire peut ralentir l'aggravation des symptômes.