Le SHIH TZU, Petdesign.fr

Vous aimez à la fois les petits chiens rigolos et les beaux chats à la fourrure magnifique.

Alors n’oubliez pas que shih-tzu signifie chien-lion en chinois. C’est-à-dire qu’il a vraiment un côté félin : goûtant le confort, calme et discret, délicat même. La référence au lion est-elle exagérée ? Mais c’est un grand seigneur, qui a été formé aux fastes des palais impériaux.

Il oublie quelquefois ses prestigieuses origines et sa robe splendide pour faire le pitre :

il n’en est pas moins chien, n’est-ce pas ?

A l’instar des autres chiens-lions asiatiques, le shih-tzu reproduit d’assez près la silhouette d’un animal étroitement lié à Bouddha. Cette chimère emprunte ses attributs à différentes espèces très différentes, dont le lion, bien sûr, mais pas à l’espèce canine. Pourquoi s’est-elle incarnée finalement dans la peau d’un chien ? Parce qu’il n’existe pas d’animal plus modelable, aussi bien pour l’aspect que pour le caractère. C’est ainsi que le shih-tzu ne peut nier son appartenance à l’espèce canine, tout en s’en éloignant notablement. C’est un être à part, un peu chat, simiesque ou plutôt très humain. Sur son coussin, il songe tel un vieux sage chinois, hiératique et barbu. A moins qu’il ne perde de vue aucune des allées et venues de son maître, attendant patiemment une marque de tendresse. Qu’il ne saurait réclamer autrement que par son regard embué, il a sa fierté !

SHIH TZU : le chien modulable !.. aussi bien pour l'aspect que pour le caractère.

Mais revenons à des considérations plus physiques. Le shih-tzu ressemble aux autres chiens-lions orientaux, un peu au pékinois, davantage au lhassa-apso. Ne croyez pas qu’il soit un tibétain légèrement mâtiné de pékinois, ses caractéristiques n’appartiennent qu’à lui. Le pékinois est un petit chien massif à l’avant, large de corsage, aux pattes torses, avec un arrière-train plus léger et plus haut, bien d’aplomb. Cette morphologie très spéciale lui donne une démarche particulière, lançant en avant ses “pou-laines”, les longues mèches qu’il a aux pieds. Sa tête très courte et fort, large entre les yeux est nettement ridée. La truffe se place quasiment au niveau de yeux, quand on le regarde de face.

Le lhassa apso est bâti selon des canons plus habituels, avec en particulier une cage thoracique développée et un rein bien marqué. Le museau, sans être allongé, n’est pas court, et présente un articulé tout à fait normal : les incisives se joignent en ciseaux, conformément à leur destination naturelle, qui est de cisailler.

*******************************Un basset bien d’aplomb !

Et le shih-tzu ? Il a l’allure d’un basset, mais ses membres, en particulier à l’avant, doivent rester bien d’aplomb. Au toucher, son corps est de type “tuyau de poêle”, sans que la cage thoracique se démarque nettement des flancs et des reins. Et le museau, les mâchoires ? Tout a été dit et son contraire ces dernières années. Restons-en donc au standard, récemment (1988) révisé : “le museau est d’une bonne largeur, carré et court. Le chanfrein mesure environ 1 pouce (2,54 cm), de l’extrémité de la truffe au stop, qui est marqué. Le chanfrein est droit, ou légèrement remontant. La partie supérieure de la truffe doit être au niveau ou largement plus basse que le bord de la paupière inférieure. La truffe dirigée vêts le bas est à proscrire. ” Et un peu plus loin : “mâchoires d’égale longueur ou léger prognath isme inférieur”.

Quant aux critères de non-confirmation, ils précisent que prognathisme inférieur de plus de 3 mm, prognathisme supérieur, articulé en ciseaux sont des anomalies entraînant automatiquement un refus de

confirmation.Le museau du shih-tzu est moitié plus court que celui du lhassa. les mâchoires présentent un petit prognathisme inférieur. De ce fait, le nez peut-être légèrement “remouché” (remontant) sans que cela soit obligatoire. Il n’est jamais aussi remonté que chez le pékinois.

Toute la discussion est centrée sur l’expression que doit avoir le chien : avec un nez remouché, il ne donnerait plus cette impression de gaieté et de malice propre à la race. Mais est-ce que le tempérament d'un chien est conditionné par la conformation de ses mâchoires ? Allons, ce n’est pas son toilettage qui confère au westie sa friponnerie, les rides du chow-chow son sérieux. Le shih-tzu est gai et facile à vivre, d’une personnalité sensiblement différente de ces chiens au caractère fort que sont aussi bien le lhassa que le pékinois, chacun dans un registre différent. Il importe que son look soit en accord avec sa personnalité, mais son apparence ne saurait lui tenir lieu de personnalité.

Une anse de théière...

Terminons par l’appendice caudal qui a son importance dans l’équilibre des proportions. On désire qu’il soit porté en “anse de théière”, ni enroulé sur le dos ni vertical. Bien portée, la queue est presque aussi haute que la tête, elle équilibre la silhouette tout en la rendant plus courte.

La qualité du poil, sa longueur, son épaisseur, sont évidemment de la plus haute importance. On notera le long poil qui pousse jusque sur le dessus du court museau : de là une comparaison avec le chrysanthème, qui nous paraît à nous, Français, un peu saugrenue ; il ne faut pas oublier que les Anglais en même temps que des éleveurs hors pair sont des jardiniers passionnés. C’est ainsi que la tête du shih-tzu leur fait penser, vue de haut, à la fleur du chrysanthème, de la même manière que l’oreille du carlin peut être “en bouton” ou “en rose”. Les oreilles sont, également couvertes de poils si longs et abondants qu’elles disparaissent dans le pelage du cou.

Pour apprécier la robe du shih-shih, il faut aussi la toucher. Elle est plus soyeuse que celles du pékinois et du lhassa, ce que confirme l’oeil qui note son brillant, nullement dû aux conditionneurs. Mais par rapport au york, type de la robe soyeuse, le shih-tzu a un sous-poil dense qui lui confère de l’épaisseur.

Toilettage du SHIH TZU

Le poil soyeux est moins difficile à entretenir que le laineux, car il a moins tendance à s’emmêler. N’en déduisez que la toilette du shih-tzu est une formalité ! Il faut s’en occuper tous les jours. Même si cela vous paraît fastidieux : des soins quotidiens durent, au total, moins longtemps que des séances hebdomadaires. Chaque jour donc, on passe une brosse à picot, puis un peigne métalliques à dents larges. L'idéal étant de vaporiser Mix Pink avant le contact métal/poil. Les noeuds seront ouverts à la main.

Pour les bains, tout dépend de la robe, il en est de plus ou moins salissantes, de la fréquence des sorties du chien ... et de vos exigences. En fonction de ces paramètres, il faut le baigner tous les 5 jours à tous les mois. Pour le sécher, on évitera de le frotter, ce qui feutrerait la fourrure. L’envelopper dans une serviette-éponge pour absorber le gros de l’eau, puis le peigner encore mouillé, le séchage sera terminé au séchoir électrique. Enfin, on partage le poil par une raie sur le dos. Pour la tête, on rassemble le poil depuis le coin interne des yeux jusqu’aux oreilles en un top-knot attaché avec un élastique.

Notez qu’il existe de nombreux produits vendus ici, facilitant l’entretien du poil, favorisant sa beauté et sa longueur.

*********************

Je vous propose deux types de process de bain en fonction de vos objectifs :

Programme Simple & Efficace

  • Facilité d'Utilisation
  • Rapidité & Efficacité du Toilettage
  • Soin du Poil et de la Peau
  • Rapport Qualité / Prix Optimal

Programme Complet & Ambitieux

  • Performances inégalées
  • Réponses à toutes les situations, même complexes
  • Hydratation & Protection Maximales
  • Economisez en diluant énormément les produits
Voir nos conseils pour un Toilettage Rapide & Efficace

Pour rester soyeux avec une longueur optimale et une brillance accrue, les pelages à texture soyeuse doivent garder le même niveau d'hydratation et de santé de la base jusqu'à la racine.

C'est là toute la difficulté de ces fourrures si exigeantes en terme d'apport et de protection... surtout si on veut utiliser tout le potentiel génétique de l'animal afin d'avoir une pousse qualitative et quantitative.

Retarder au maximum le retour des nœuds est également un enjeu majeur que nous allons traiter grâce à la zoo-cosmétologie.

Voici mes conseils d'entretien afin d'avoir des résultats spectaculaires :

✔️ shampoing : Aquarosa Pro

✔️ Après-Shampoing : Aqua Dolce

✔️ Spray de finition/brossage/démêlage : Mix pink

➡️ Vous voulez télécharger le process de bain ?

Voici un fichier que l'on a généré afin de vous aider. ​

✔️ Téléchargez-le et gardez-le, vous serez ainsi au top pour démarrer votre toilettage avec vos nouveaux produits Special One !

✔️ Le saviez-vous ? ​ Special One est une marque de cosmétiques 100% Made In Italy. Biodégradable à plus de 90%, notre ligne professionnelle tire ses principes actifs de ce que la science a découvert de plus performant dans la nature : bio-dérivés marins, huiles végétales, etc

Voir nos conseils pour un Toilettage Complet & Ambitieux

Pour rester soyeux avec une longueur optimale et une brillance accrue, les pelages à texture soyeuse doivent garder le même niveau d'hydratation et de santé de la base jusqu'à la racine. C'est là toute la difficulté de ces fourrures si exigeantes en terme d'apport et de protection... surtout si on veut utiliser tout le potentiel génétique de l'animal afin d'avoir une pousse qualitative et quantitative. Retarder au maximum le retour des nœuds est également un enjeu majeur que nous allons traiter grâce à la zoo-cosmétologie.

Voici mes conseils d'entretien afin d'avoir des résultats spectaculaires :

✔️ Masque pré-bain : Bio Energy Plus+ Hygro Fluid (intégrateur à base huileuse)

✔️ shampoing : Aquarosa Pro ou Bain Pro (selon les textures l'un ou l'autre se positionnera comme une évidence)

✔️ Après-Shampoing : Aqua Dolce & Hydrating Cream & 4 Elements Oil

✔️ Spray de finition/brossage/démêlage : Mix pink

Toilettage Special One

✔️ Téléchargez-le et gardez-le, vous serez ainsi au top pour démarrer votre toilettage avec vos nouveaux produits Special One !

✔️ Le saviez-vous ? ​ Special One est une marque de cosmétiques 100% Made In Italy. Biodégradable à plus de 90%, notre ligne professionnelle tire ses principes actifs de ce que la science a découvert de plus performant dans la nature : bio-dérivés marins, huiles végétales, etc

Les couleurs du Shih Tzu

Comme on peut s’en douter, la fourrure absolument somptueuse qu’arborent les champions pris en photos ou paradant dans les expos est le résultat de soins très attentifs et minutieux. Mais le facteur déterminant, c’est assurément la génétique.

Quant aux couleurs, toutes les teintes sont admises, même celles qui s’accompagnent d’une truffe brune. Beaucoup peuvent être très belles, agrémentées ou non de mèches blanches au front et à la queue, très appréciées. Tout dépend si elles ont été travaillées, sélectionnées ou non par des éleveurs. La large palette permet en tous cas à chacun de mettre sa touche personnelle. On voit entre autres le doré, panaché ou non de blanc, le noir et blanc, le noir et feu voire le tricolore, le presque tout blanc et pourquoi pas le tout noir, sans oublier des tachetés de brun ou de gris.

Les premiers sujets étaient souvent noir et blanc. Dans le tout premier standard (description du chien idéal) publié par le Kennel club de Pékin en 1934, on mentionnait que les teintes miel et doré étaient très recherchées. Rappelons que l’or était la couleur de la cour impériale de Chine. Un peu plus tard, la comtesse d’Anjou, qui faisait partie des cynophiles occidentaux regroupés à Pékin dans le club déjà cité, publia un standard en français en 1946. Au chapitre de la couleur, celui-ci indiquait que le miel et le blanc étaient rares et recherchés.

Nous venons de mentionner deux dates qui constituent de bons repères dans le passé du shih-tzu. C’est en effet dans les années 30, qu’il fut connu par les Occidentaux résidant en Chine (essentiellement des milieux diplomatiques), lesquels en ramenèrent quelques spécimens qui ont constitué la base de l’élevage moderne. Quant à ses débuts en France, ils datent en effet de l’après-guerre.

Reprenons les choses par leur commencement. Le shih-tzu est une race tibétaine. Elle est arrivée en Chine à partir de 1643, début de la dynastie mandchoue. Le Tibet, vassal de l’empereur de Chine, offrit à partir de cette date, ses petits chiens-lions.

Il a une fourrure si dense et si longue que i’on ne peut pas ne rien faire. À partir de là, toutes les fantaisies sont possibles et ont d’ailleurs été explorées. Mais rappelons-nous qu’il reste avant tout un chien — et même un chien bien bâti — dont on peut encore déceler les origines de chasse.

Si le pelage, ses couleurs, ses toilettes et leur entretien monopolisent l’attention, il ne faudrait pas oublier qu’il y a un chien là-dessous. Un chien bien bâti, aux lignes équilibrées, très élégantes, mais sans finesse exagérée'. L’harmonie de sa morphologie est plus évidente chez les moyen et grand formats, dont la sportivité saute aux yeux, mais petit et toy sont également construits pour le mouvement. Quelle que soit leur taille, les caniches bougent, mais avec légèreté.

Non seulement ils bougent, mais ils sautillent et sautent : ils sont comme montés sur ressorts. Ce côté tonique n’est pas seulement une disposition d’esprit et de l’influx nerveux, c’est physique !

Attardons-nous encore sur la tête, très élégante et fine, mais non sous-développée, au sillon frontal typique, à la crête occipitale très visible, au stop très peu marqué. Les yeux ne sont pas ronds, mais légèrement obliques, en forme d’amande. Des yeux qui brillent comme du jais, sauf chez les marron au regard d’ambre. Le caniche a presque tout oublié de son passé de chasseur, mais sa truffe bien développée, aux narines largement ouvertes, et ses oreilles longues, attachées bas, trahissent des origines vraiment cynégétiques. Bien évidemment, son pelage très frisé et très épais, extraordinairement développé, se prête à toutes les fantaisies. Chaque époque a eu sa mode. Il fut un temps où le caniche cordé était un must. Il est aujourd’hui si rare que l’on peut se demander s’il ne va pas disparaître. On l’a vu également en zouave, en zazou, avec des macarons, en bains de mer — toilette rebaptisée « Saint-Trop » ou « Bermudes » dans les années 60-70 — ou à la sauce hollandaise. En version allemande, ce fut la Royal Dutch (rzc) caractérisée par de gros « boléros ». 

À la coupe classique, dite continentale, s’est ajoutée en 1981 la toilette anglaise, avec un top-knot sur le crâne et un arrière-train qui n’est plus dénudé, mais sculpté en pompons. Depuis une dizaine d’années, cette toilette anglaise a évolué en « puppy », les membres postérieurs et antérieurs portants des pantalons. En fait de pompons, il n’v en a plus qu’un, à la queue. Caniches d’expos et de la rue ont finalement évolué en parallèle vers davantage de sobriété — sauf que les caniches de concours ont un top-knot démesuré qui s’appuie sur un manteau plus discret. Mais avec-plus ou moins de poil, selon qu’il est destiné à assurer le spectacle ou à vivre une vie normale, pourquoi le caniche ne resterait-il pas un chien aux formes équilibrées, à même de mettre en valeur sa vitalité et son dynamisme ?

L'Histoire du ShihTzu

Suit un grand silence : l’avènement de la dynastie mandchoue va de pair avec l’isolement de la Chine vis-à-vis de l’Occident. Nous ne savons donc rien du destin des chiens-lions tibétains jusqu’au début de ce siècle, où de nouvelles relations entre l’Orient et l’Occident se nouent. La lignée des T’sing est proche de sa fin. La dernière impératrice, Tzu-Hsi, fut notamment connue pour élever, en même temps que carlins et pékinois, des shih-tzus, ses chiens favoris. Par la comtesse d’Anjou, amie d’une princesse première dame d’honneur de l’impératrice douairière, nous avons une petite idée du faste qui entourait les petits chiens impériaux. Au nombre d’une centaine au moins, ils étaient élevés dans un pavillon spécialement conçu à cet effet, au sol de marbre. Un aréopage d’eunuques était affecté à leur élevage, sélection, alimentation, bains et promenades. Les plus beaux spécimens avaient droit à un portrait peint sur parchemin et l’impératrice ne dédaignait pas écrire des poèmes à propos de ses favoris.

Après le décès de l’impératrice, en 1908, il y aura des shih-tzu au palais impérial pendant encore vingt ans. L’élevage sera ensuite dispersé, que les eunuques vendent les chiens à de riches chinois ou à des diplomates européens. Grâce au Pekinkgese Kennel club, présidé par le Comte d’Anjou, la race a été provisoirement sauvée de la disparition dans son pays. En 1934, on vit apparaître dans une exposition organisée à Pékin, puis sur les pedigrees, des lhassa lion-dog.

Un peu auparavant, en 1930, les premiers shih-tzu sont arrivés en Europe, et particulièrement en Angleterre bien entendu, grâce au général Douglas et lady Brownrigg. Au même moment, le colonel et Mrs Bailey importait les premiers chiens-lions tibétains. Dans un premier temps, on enregistra ensemble tous ces petits chiens sous le nom d’apso. Après quelques figurations dans les concours et les premières portées, il s’avéra qu’on se trouvait en présence de deux types bien différents. Les sujets à nez court et bas sur pattes reçurent leur nom habituel en Chine, shih-tzu, ceux à museau plus long et pattes moins courtes, lhassa apso. Les premiers standards de ces deux races datent de cette époque. Le nombre des shih-tzu importés fut cependant très limité. La Seconde guerre mondiale n’arrangea pas les choses : en 1945, on n’enregistrait que 3 inscriptions. En 1952, une éleveuse, Miss Evans, fut donc autorisée par le Kennel dut anglais à procéder à un croisement de retrempe avec un pékinois (ei un seul), un mâle noir et blanc i pattes antérieures droites. A la 4( génération, les produits de cette li gnée ont été intégrés à la race.

Son destin a été extrêmement discret en France pendant pratiquement une vingtaine d’années. La première portée inscrite au Livre des origines français est due à la comtesse d’Anjou, en 1953, qui avait retrouvé chez une éleveuse anglaise des descendants de la lignée qu’elle avait élevé à Pékin dans les années 30. D’autres portées ont été également produites par la chanteuse Suzy Solidor.

Il faut attendre 1971 pour que les inscriptions se chiffrent en dizaines, 1977 en centaine, dis ans supplémentaires pour atteindre le millier annuel. Si la vogue du shih-tzu fait fureur depuis 6-7 ans, elle est partie de loin, acquérant tout d’abord ses lettres de noblesse auprès d’amateurs aussi passionnés qu’avertis.

Il est probable que ce succès s’est en partie bâti sur un malentendu. C’est avant tout un petit chien de luxe, qui a tout à perdre d’être galvaudé.

Mais il a bon caractère. C’est pourquoi on l’a dépeint comme un “chien de compagnie idéal”. C’est certain qu’il se révèle plus calme qu’un bichon. Par ailleurs, il est bien plus tolérant que ses cousins lhassa et pékinois. Pas jaloux, sociable, il n’est pas collant comme un épagneul, ni timide ou effacé non plus. Il a suffisamment de caractère pour qu’on ne l’oublie à aucun moment, sans jamais devenir envahissant. N’était son poil, il deviendrait un compagnon de voyage adorant le voiture et les balades à la campagne, humant le sol comme un chien de chasse.

Mais il y a le poil. Il ne faudrait pas qu’il s’aventure dans des herbes hautes, voire des ronces, car il n’aurait pas fait quelques mètres qu’il serait irrémédiablement prisonnier de la végétation. Qu’on ne s’étonne pas qu’il finisse par préférer le moelleux des coussins du salon. Sa vraie place est à la maison. Il aimera se dégourdir sur la terrasse et la pelouse.

Ce n’est pas un snob et peu lui importe de se mouvoir dans le luxe, d’avoir un nom interminable ou un pedigree long comme ça. Ce n’est pas pour autant un chien destiné à devenir immensément populaire. Sauf parmi les amateurs de très, très beaux chiens, qui se font un devoir de les choyer chaque jour.

Vous êtes dans quel camp ?

SHIH-TZU : le point véto

Un nez court. Comme beaucoup de chiens à nez court, il arrive que shih-tzu ronfle, en dormant ou non. C’est un petit désagrément qui ne porte pas à conséquence. On se méfiera davantage de la canicule ou du coup de chaleur en voiture, car il a une capacité à se ventiler réduite.

La luxation de la rotule. Si on rencontre pas de dysplasie de la hanche chez les petits chiens, une autre articulation les fait souffrir fréquemment : qui n’a vu un caniche, ou un petit spitz, voire un pin-scher nain, marcher sur trois pattes au retour de la promenade. Le shih-tzu, tout comme le pékinois, peut être sujet à cette boiterie. Laquelle peut être intermittente ou persistante : c’est selon qu’un ou plusieurs ligaments qui maintiennent cette articulation sont distendus ou arrachés. Souvent, une fausse articulation finit par se mettre en place, le chien ne boite plus, sauf en cas de très longue promenade. Dans d’autres cas plus graves, on songera à l’opération.

Foie et rein. Il faut signaler quelques cas d’insuffisance rénale assez précoce, appelant notamment un régime alimentaire approprié. D’un point de vue plus général, le shih-tzu est quelquefois un peu délicat, facilement indisposé. Le choix d’un bon aliment est primordial.

Langue et yeux. Parmi les points de refus de confirmation, on remarquera le strabisme et la langue pendante (quand le chien a la bouche fermée). Ce sont des défauts qui peuvent se retrouver chez les races à tête courte et yeux placés devant, le shih-tzu n’en est pas plus affecté que les autres, peut-être moins même.

Arbre généalogique du shih tzu

Lhassa apso et pékinois.... Lorsque furent exposés les premiers shih-tzu en Chine, sous les auspices du Kennel club pékinois, en 1936, ils étaient nommés chiens-lions de Lhassa. Lhassa et shih-tzu étaient donc très proches. Un article de l’époque indique d’ailleurs que les lions de Lhassa provenant de Chine étaient tout à fait comparables à ceux nés en Angleterre. En fait, les eunuques qui élevaient les petits chiens chinois (pékinois, carlins et shih-tzus) ont probablement croisé occasionnellement le chien-lion tibétain avec le chien-lion chinois (ou pékinois).
On ne peut pas exclure non plus des croisements ultérieurs, en dehors de l’élevage impérial. D’où chez le shih-tzu, un nez plus court avec un léger prognathisme, et une morphologie plus ramassée. Les cynophiles anglais furent d’ailleurs, dès les années 30, confrontés à ce problème distinction entre les chiens-lions provenant de Chine et du Tibet. Nous pouvons ajouter que la fourrure du lhassa est aujourd’hui d’une texture moins soyeuse, et que du point de vue du comportement, les deux chiens sont notablement différents.

L'alimentation du Shih Tzu

Vous l'aurez sans doute compris, nous aimons particulièrement le Barf car cela nous semble physiologiquement tellement plus adapté à nos amis les bêtes ! Mais comme nous ne sommes pas obtus, voici également ici une sélection de croquettes qui permettent d'obtenir un résultat très intéressant, et dont les compositions ont prouvé une efficacité certaine en terme de performance, d'appétence, etc.

____________________________________________________________

Voici notre sélection d'alimentation animale pour cette race :

____________________________________________________________

Nourrissez-le : pour un adulte à l’entretien, il faut compter sur une ration quotidienne de 150 g d’aliment complet sec ou plus souvent son équivalent en aliment humide de bonne qualité (environ 450 g par jour) ou encore en aliment frais. Soit de l’ordre de 250g de Barf.

Notre Shopping List

Produits à Découvrir d'Urgence !

Voici des idées shopping pour votre race préférée, c'est une sélection d'articles ultra qualitatifs qui ont largement fait leurs preuves !