Santé Chien : les allergies alimentaires

Les allergies alimentaires sont plus fréquentes qu’on ne le croit... alors que le traitement en est relativement simple. Surveillez les problèmes de peau et les troubles digestifs.

Allergie ou intolérance alimentaire ?

Alors que l’allergie alimentaire fait intervenir des mécanismes immunitaires avec présence d’anticorps, l’intolérance alimentaire, bien plus banale, est due, à un aliment toxique ou à une mauvaise digestion... Cas le plus courant : la diarrhée qui fait suite à l’ingestion de lait après le sevrage des chiots ; il peut arriver en effet que leurs intestins ne soient pas capables, pendant un certain temps, de produitre les enzymes (les lactases) capables de digérer le lait. Tout rentre dans l’ordre un peu plus tard.

Quels sont les chiens ta plus sensibles ?

L’allergie alimentaire semble toucher tous les individus, quel que soit leur sexe ou leur race. Ceci dit, une étude a montré que le Labrador, le Cocker , le Berger Allemand, le Boxer, les Collies et les Springers sont plus sensibles à cette affection. On sait que chez l’homme l’allergie alimentaire se manifeste sous des formes mutiples : surtout eczéma, asthme avec ou sans troubles digestifs, ou encore migraines, coliques, etc... Et même choc. Mais chez le chien, les symptômes de cette maladie ne concernent que la peau et le tube digestif. Il existe beaucoup d’aliments susceptibles de déclencher une réaction allergique : viande et abats de bœuf, cheval, porc, poisson, lait, œufs, blé ( dont le gluten de blé), maïs, pommes de terre... On estime que les cas d’allergie alimentaire représentent 10% des allergies qui se manifestent au niveau de la peau. Cette allergie peut débuter tard car l’animal peut avoir mangé l’aliment responsable pendant deux ans, voire plus, avant de tomber malade ! Plus couramment, cependant, les symptômes débutent tôt, le plus souvent avant l’âge d’un an. Lorsqu’on a traité un jeune chien contre les parasites externes (puces, agents de la gale, aoûtats, etc.) et que celui-ci continue à se gratter, il faut penser à envisager une allergie alimentaire.

Quels sont les signes de l’allergie alimentaire ?

Les chiens présentent des problèmes de peau, ou des troubles digestifs, ou encore les deux à la fois dans 15% des cas. Les symptômes digestifs sont classiques : les selles sont molles ou liquides, le chien défèque souvent, il présente de la diarrhée accompagnée ou non de vomissements, il refuse de s’alimenter et perd du poids. En cas d’inflammation du colon, la diarrhée est hémorragique. Quant aux problèmes de peau, ils sont peu caractéristiques de la maladie. En général le chien se gratte, quelle que soit la saison, il présente parfois des papules et dans certains cas une infection de la peau qui reste très difficile, voire impossible à guérir puisqu’elle rechute après l’arrêt des antibiotiques. Lorsque l’allergie alimentaire persiste depuis longtemps, la peau sécrète trop de sébum, devient sui-tante, noircit et s’épaissit. Autre signe : les traitements à base de cortisone sont peu efficace Il arrive aussi que le chien fa se une crise d’uricaire : il s gratte alors sur le ventre, la tê et surtout les oreilles. Il pei présenter une otite de type aile gique, avec des pavillons et dt conduits auditifs irrités et rouges.

Faut-il faire des tests ?

Pour mettre en évidence une allergie alimentaire on peut pratiquer un test sur le sang du chien mais celui-ci doit être réalisé sur du sang frais : cette technique r est donc réservée aux cliniques vétérinaires situées près d’un laboratoire. En cas de symptômes digestifs le vétérinaire peut aussi endormir le chien et réalisun prélèvement au niveau < la paroi intestinale (biopsie mais il s’agit d’une méthœ plus lourde. Quant aux tes cutanés habituellement uti sés, ils ne sont pas employ pour détecter une allergie < mentaire car les principes alL gisants (en l’occurrence d protéines), sont modifiées à fois par la cuisson et par digestion, et donnent des co posants mal connus.

Que faire pour confirmer une allergie alimentaire ?

En fait le meilleur moyen de confirmer une allergie alimentaire est de supprimer tous les aliments que le chien ingère habituellement et de les remplacer par un régime très simple à base de viande (poulet ou agneau) bouillie, grillée ou cuite au four à micro-ondes et accompagnée de riz, ou encore de fromage blanc et de riz. L’idéal est de donner du riz complet bien cuit et bien rincé. Règle d’or : ne donner aucun autre aliment même en très petite quantité et supprimer toutes les friandises qui sont potentiellement allergisantes ! Ce régime se donne pendant deux mois au moins car les signes ne disparaissent parfois pas tout de suite. Si le chien se gratte beaucoup et s’il en souffre, le vétérinaire prescrit quelquefois un peu de cortisone au début du traitement. Affinons le test : afin de déterminer l’aliment responsable de l’allergie, le propriétaire a pour mission de réintroduire progressivement les aliments un par un : dès que l’aliment allergisant aura été donné, les symptômes réapparaîtront entre un et 3 jours, jusqu’à 14 jours plus tard. Cela va parfois beaucoup plus vite, en une à 2 heures après l’ingestion de cet aliment !

Faut-il lui faire suivre un régime ?

Ensuite il faut revenir à un régime d’entretien : on choisit alors un aliment hypoallergénique.

il est parfois nécessaire d’avoir recours à des protéines d’origine végétale.

Il n’en reste pas moins que l’allergie alimentaire est toujours difficile à détecter...Dans la plupart des cas heureusement le propriétaire fait le rapprochement entre la prise d’un aliment et l'apparition des troubles, surtout lorsqu’il s’agit de diarrhée ou de vomissements. Le plus difficile, nous semble-t-il, est de faire le lien entre un grattage persistant et un aliment particulier. D’où la nécessité de rester vigilant et de faire appel à son vétérinaire si des traitements réguliers contre les puces restent sans effet !